Rechercher dans ce blog

vendredi 6 décembre 2019

Audi(o) Le(cteur) simplifié pour malvoyant

Ouais, je sais: léger le jeu de mot.
Mais voila, je cherchais pour ma mère un lecteur audio adapté à des vieux, donc pas de souris, ni d’icône ou de gestures "moderne".

Ces interfaces là ne sont absolument pas pensées pour les vieux.

Je cherchais (et ne trouvant pas, je l'ai faite) une interface genre les vieux lecteurs de K7 audio, sans fioriture.

Et donc voila le résultat.
Ma mère l'utilise depuis quelques semaines, un certain nombre de bug de base ont déjà été corrigé.
Comme ça fonctionne bien pour elle, je le met à disposition gratuitement comme d'habitude.

Je lui ai installé ça sur un vieux PC Portable avec 2 enceintes acoustiques supplémentaires pour améliorer la qualité d'écoute.
Sur ce PC, j'ai, évidemment, installé mon kiosque logiciel simplifié pour lui éviter de se retrouver en galère après une perte de focus due à un message d'alerte du système ou autre.

Donc, dans le principe, je lui ai copié une série de livres audio, un livre par répertoire, le tout dans le répertoire "Livres Audio" dans "Mes documents".
J'ai paramétré "AudiLe" pour qu'il pointe sur "Mes Documents\Livres Audio", coché "Auto" pour une lecture auto et appuyé sur F2.

Lorsqu'elle allume le PC, elle arrive sur le kiosque, là, elle lance AudiLe par F3 (j'ai paramétré le kiosque pour qu'il lance AudiLe sur la touche F3).
La lecture reprend où elle s'était arrêté précédemment.

Il y a des touches pour arrêter, revenir en arrière, avancer, etc... mais elle ne s'en sert quasiment jamais.

Lorsqu'elle a "assez lue", elle arrête le lecteur par "F4", puis le PC, via le kiosque, par "F4" aussi.
Puis elle éteint l'interrupteur de la nourrice qui alimente le PC et les enceintes acoustiques.

Changer la vitre du poêle

J'ai dû changer la vitre de notre Invicta Chamane après que la vitre se soit fendue au bout de 10 ans de bons et loyaux services.

Elle s'est visiblement cassé sous l'action de 2 grosses verrues de rouille qui se sont développées, dans la cannelure du joint de vitre, de part et d'autres d'une des pattes de fixation.

Alors déjà, va trouver la vitre correspondant à ton poêle: sur le chamane, c'est un parallélépipède.

Je me renseigne auprès des professionnels des poêles, des vitriers professionnels et je pars en courant (entre 300 et 400 €).

J'appelle Lepoi RinRin (le poêle vient de chez eux): là, déjà un prix plus correct, à la coupe, dans les 175€.
Et en cherchant simplement sur le web, je tombe sur le site de Vitre Insert Cheminée, avec la référence exacte de mon poêle: 120€, frais de port gratuit.
Pendant la commande, leur site donne des conseils pour effectuer le changement, propose un kit de joint neuf.
J'apprends d'ailleurs que les joints de poêle ça se change tous les 3 à 5 ans (lol: moi ça fait 10 ans : - )
J'ai commandé le vendredi, le lundi j'avais ma vitre.

Bon maintenant faut démonter la vieille (je parle de la vitre !)

Les 5 vis cruciformes (de 4mm) sont clairement soudés par la chaleur.
Ils cassent tous lorsque je tente de les démonter.


Je commence à préparer le reperçage et je vais voir mon copain Laurent le métaleux.

Là, il m'explique que la fonte étant plus tendre que la ferraille, s'il tente de repercer les pas de vis en 4mm, à la perceuse sur colonne, ça va partir de travers.
Il me refait donc de jolis trous taraudés à coté de ceux d'origine en me disant "t'auras qu'à retailler les pattes".

Mais voila, ça me convient pas bien, alors je me dit que je vais quand même essayer.
Je prend une visseuse, une petite mèche. Je pointe le plus au centre possible et allez, on y va calmement.
Au bout d'1 heure, j'ai réussi à percer les 5 pas de vis cassés, sans glisser dans la fonte (aucun jeu de mot !)

Dans un premier temps, je n'ai pas percé pour traverser et en fait, je n'arrive pas à tarauder correctement avec mes tarauds.
Donc, dans un deuxième temps, je re-perce mes 5 trous à 4,5mm jusqu'à traverser la fonte et là, je peux tarauder correctement à 5mm.

Après c'est du détail: bien nettoyer la fente du joint; mettre la colle seulement au fond de la gorge, poser et tailler le joint neuf.

Positionner la vitre, remonter les pattes et les nouveaux boulons (Allen, ça devrait être mieux pour le prochain démontage).

Évidemment, on ne serre pas comme une brute, et de toute façon la vitre n'est pas en appui sur la fonte mais sur le joint.

Le poêle est de nouveau opérationnel et avec le froid qui arrive c'est bien sympa.

Maintenant que j'ai vu que c'est si facile de démonter la vitre et de remplacer les joints, je pense que je le ferais plus souvent.

jeudi 14 novembre 2019

Tamiser simplement 3 mètre-cubes de sable.

Pour mettre en place une nouvelle piscine hors-sol (de récupération, oui, vous me l'enlevez de la bouche), j'ai pris le partie de faire les choses nickels et notamment la préparation du sol.

Les autres fois (ouais, y en a eu plusieurs), je me suis toujours (un peu ?) loupé.

Donc, j'ai décaissé le plus de niveau que je pouvais (comme décrit dans cet article), mais en plus, j'ai décidé de réaliser la couche de sable avec le plus de soin possible.

J'ai commencé par étaler une bonne couche de Bidim pour bien séparer le terre du sable
Mais ensuite il s'est agit de tamiser le sable.
Pourquoi tamiser ? bin parce que c'est du sable de récupération et, du coup, pour éviter l'apparition d'un élément dur ou coupant sous le liner.

Seulement voila, j'ai 3 cubes de sable (tout n'ira pas dessous, je vais remblayer aussi les cotés avec).
Je ne me sentais pas de secouer manuellement, en plus des manipulations de brouette et de pelles, mes 3 BigBag de sable.
Rien que d'y penser, je sentais déjà qu'on jouait de la guimbarde avec mon nerf sciatique.

Alors je me suis mis en tête de réaliser un système de tamisage simple mais qui me soulage d'une partie du travail.

Avec des pièces de balançoire, j'ai fais un châssis plus petit qu'à l'origine.
Le tout fixé avec des vis auto-foreur (parce que c'est pratique et que ça va vite).

En guise de balançoire, j'installe une bonne grille costaud mais pas trop et 4 chaines.



Sur cette grille, je viendrais poser mon tamis fin et dessous la brouette qui récupéra le sable tamisé.
Derrière une autre brouette pour récupérer les déchets.


Et pour faire vibrer la plaque, un simple support de perceuse, une perceuse électrique avec une clé Allen dans le mandrin (pour créer la vibration) et un variateur de vitesse externe.



Je démarre la perceuse, le plateau vibre.
J’envoie mes pelletées de sable, il se tamise tout seul.

Lorsque la brouette inférieure est pleine, j’arrête, je prend mon sable tamisé en allant vider la brouette.

Là je place la brouette à déchet, je soulève la grille et je vide les déchets.


1M3 superbement tamisé en moins d'une petite demi-heure, et mon dos n'est même pas en alerte rouge. Cool !


Étagère de rangement en caddie

Les caddies c'est bien pratique pour ranger un certain nombre de chose quand on récupère comme moi.
Malgré ce, ça fait un moment que j'avais envie de les empiler pour faire de grands bacs de rangement superposés.

C'est chose faite depuis ce week-end.
J'ai commencé par prendre 3 caddies métalliques identiques.
Alors attention, je NE vous incite surtout PAS à aller voler des caddies sur des parkings de supermarché!!
Il y a des gens qui travaille avec et grâce à ça, alors hors de question d'emmerder des gens qui bossent d'une manière ou d'une autre.

Par contre, des caddies laissés en bord de route par des feignants du portage de sac ou des asociaux nombrilistes, il y en a plein.
A ma connaissance aucune grande surface n'emploie de "récupérateur" de caddie, et ceux ci sont destinés à finir chez des ferrailleurs.
On en trouve donc aussi pas mal chez les ferrailleurs (en plus ou moins bon état).

On peut aussi en récupérer pas mal lorsqu'un supermarché met la clé sous la porte, ou remplace ses caddies métal par des caddies plastiques (moins tentant pour les voleurs de ferraille).

Bref, ça se trouve sans causer du tord à des commerces.

Là, il s'agit de caddies que je récupère de temps en temps sur mon trajet de travail, ça rentre très bien dans la malle de ma 307 break.

Pour commencer, je coupe les 4 tiges qui fixent le panier et le châssis à roulette.


Dans l'élan, je coupe le support de la poignée, ainsi que les 2 boucles de la grille du fond de caddie.


Le casier à l'envers, je finis de couper les 4 tiges de maintien proprement au raz du support principal.


Un petit coup de disque à poncer pour éliminer les bavures, le casier est prêt.


En tout, il en faudra 3 (j'ai voulu tenter 4, mais ça fait trop haut, moins stable et plus chiant pour les soudures).

Je place un cadre à roulette (en ayant bloqué les roulettes avec des serre-joints) sur un plan horizontal.

Je place dessus le premier casier dont je m'efforce de caler le fond, le plus horizontal possible (en m'aidant de cales).

2 points de soudure à l'avant, là où le métal se touche.

Et à l'arrière j'adapte les pattes précédemment coupée pour faire 2 supports arrière.
et je recommence de la même façon pour les 2 autres casiers.


Voila, en quelques minutes, j'ai une colonne de 3 casiers de rangement, pratique et solide.

Chargé de planche, non seulement c'est très stable, mais en plus, ça se déplace pas trop mal.

Tout aussi pratique pour ranger des rouleaux de tissus, de bâche, d'isolant, etc..

mercredi 16 octobre 2019

ESXI - Sauvegarder ou dupliquer une VM

Comment sauvegarder ou simplement dupliquer une VM ESXI ??
(On m'a posé la question)

Et bien ce sont les mêmes manipulations que je décris dans mon article "Déplacer une VM", que ce soit par VMWare Converter ou par copie directe du répertoire contenant les fichiers de la VM.

Pour faire une sauvegarde, une fois les fichiers copié en local, il suffit de faire une archive (ZIP ou RAR) de ce répertoire local.

Pour dupliquer, une fois la nouvelle VM en place, on ne supprime pas la VM source et on effectue un renommage (Windows) d'une des VM (sinon conflit de nom réseau).

Recyclage d'un surpresseur

A partir d'un gros sur-presseur hors d'usage (percé par l'oxydation), j'avais réalisé (il y a quelques années déjà) un barbecue costaud, très stable et "anti-vent", ainsi qu'un incinérateur super efficace.

Pour la petite histoire, je préfère les barbecue "nomades" aux barbecues "en dur".
Et (quasiment) chaque fois que j'allume le feu, même après une journée exceptionnellement calme, le vent se lève. ça loupe jamais!
Et donc, durant tout le temps de combustion du bois, j'avais toujours peur que des braises ne soient emportées par le vent et n'aillent mettre le feu un peu partout.

Du coup, je voulais un barbecue "qui ferme", donc qui ne craigne pas le vent et très stable (oui, ça m'est arrivé aussi de faire basculer un barbecue allumé ) - :

Je voulais aussi fabriquer un incinérateur qui tienne le coup plus de 2 saisons.
J'en étais déjà au 4 ou 5ème réalisé à partir de fut d'huile de 200L.
Malheureusement la corrosion les détruit assez rapidement, la tôle est trop fine.
En plus, à cette époque, j'étais tombé sur un rapport ou une étude sur l'optimisation des flux d'air dans une chambre de combustion de centrale thermique dont j'avais retenu quelques notions.

Du coup, j'ai fait d'une pierre, 2 coups: avec le même sur-presseur, j'ai fabriqué un barbecue et un incinérateur.

La plus grosse partie du travail a consisté faire 3 morceaux principaux, avec des découpes un peu spéciales, notamment un gros décalage en milieu de découpe, qui donne un effet de "frange".




Concernant l'incinérateur, j'ai tracé une quadrillage de 30cm par 3,cm et j'ai enfoncé la disqueuse pour faire des fentes de 23cm de long.

Devant, j'ai soudé un bout de métal de la hauteur de frange pour la stabilité.

Enfin j'ai soudé 2 bouts de grille, un qui sert de fond et l'autre de "toit" pour la partie "allumage".

A l'utilisation, je bourre mon incinérateur avec les matières à brûler.

Dans l'espace entre les 2 grilles, je prépare et j'allume un feu de planchette et/ou de petites branches.


Evidemment, à l'allumage, ça fume ("pas de fumée..." et lycée de Versailles !)

Mais rapidement, dés que le feu a bien pris, plus de fumée, grosse convection, ça dépote salement, et même si on met des matières très humides dans l'incinérateur.



Pour le barbecue, j'ai superposé les 2 "fonds" du sur-presseur, ce qui le fait ressembler à un gros hamburger (ou à un casque pour certains).

Pour la grosse charnière, c'est du "fait maison" avec, 2 bouts d'UPN, 3 bouts de tube et une grosse ferraille à béton pour l'axe.

Là aussi, j'ai découpé plusieurs fentes pour l'alimentation en air.

Dans la partie basse, une découpe subtile m'a permis de faire 2 joues (une fois dépliées) pour laisser passer "la frange du casque".

Sur les "joues", j'ai soudé 3 bouts de cornière de chaque coté pour faire des supports de grill, ce qui me donne 3 hauteurs de grill possibles.


Sur le capot:
. j'ai découpé une sorte de fenêtre avec grille, à la fois pour voir le feu, mais aussi pour l'entrée d'air.
. devant j'ai soudé un bout de tube carré qui sert de poignée.
. Sur le dessus, j'ai découpé un trou à peu prés rond, au dessus duquel j'ai soudé un bon morceau de tube (c'est la cheminée d'un cumulus à gaz).

J'ai fixé le tout sur un gros châssis métallique (trouvé au bord de la route).

A l'usage, qu'il neige, qu'il pleuve ou qu'il vente, je peux faire un feu d'enfer pour avoir une méga-braise.
Je n'ai qu'à ouvrir "le casque" pour installer ma grille et mes saucisses et autres merguez.


samedi 14 septembre 2019

Fabriquer des lingotières


J'ai eu besoin de lingotière .... pour faire des lingots....de plomb.

Et des lingotières, même pour un amateur assidu de la récupération tout azimut comme moi, ça ne se trouve pas sous les sabots d'un âne !

Alors, il y a plein le web, des vidéos expliquant comme fabriquer des lingotières plus ou moins sophistiquées, qui ont toutes l'air géniales.

J'ai préféré aller au plus simple (feignant et fier de l'être !) en les fabriquant à partir de bout de tube rond et/ou de bout de cornières (de récupération ... je vais pas le répéter à chaque fois ??!! si ?).


Pour commencer, j'ai coupé le plus droit possible un bout de tube de 5cm de diamètre et de 20 cm de long.
Pris dans l'étau, j'ai coupé ce tube dans le sens de la longueur en 2 parts égales.

J'ai aussi coupé des longueurs identiques dans de la grosse cornière.

Ensuite je suis passé à l'assemblage.

J'ai posé à l'envers les 2 demi-tubes cote à cote et perpendiculairement de chaque coté, 2 cornières que je fais tenir avec des serres-joint.

Je fais de même avec les bouts de cornière.

Quelques points de soudure pour pointer tout ça, et puis j'ai fait, à l'intérieur des réceptacles, les plus belles soudures que je pouvais et le plus étanches possible.

Un peu de meulage avec une meuleuse droite de chez Lidl et des fraises à métal de chez AliExpress et mes lingotières sont prêtes à servir.



Tester qu'une raquette électrique fonctionne

 J'ai récupéré une raquette électrique.
Je met 2 piles et j'appuie sur le bouton: la diode s'allume.

Lorsque je tente de smasher un moustique, ou autre, en vol, point d'éclair.

Seulement voila, je suis assez mauvais à la raquette, donc la question se pose:  est-ce la raquette qui déconne ou moi ?

Alors oui, les spécialistes me diront de mesurer au voltmètre (mais tous le monde n'est pas équipé et moi j'ai mes solutions simples)
ou même de mettre directement le doigt (ah ça j'ai déjà essayé il y a longtemps, mais ça mord quand même assez fort !!).

En mettant une pièce métallique en contact avec 2 couches de grille: là, j'ai peur de griller la raquette si elle ne l'est pas déjà.

Et puis là, d'un coup, l'idée: avec du fil de couture !

J'essaye: rien.
J'essaye sur une raquette qui fonctionne: rien non plus.

Et oui, des fois (pourquoi je dis "des fois" ?) chuis con: le fil de couture, tel quel, ça doit pas être très conducteur!

Je passe le fil sur mes lèvres pour l'humidifier et je re-tente: Paf !

J'essaye sur la première raquette: rien.
Bon bin je vous laisse, j'ai une raquette anti-moustique à opérer à cœur ouvert  ( - :

samedi 31 août 2019

ESXI - Augmenter la taille disque d'une VM

 Je pensais que c'était évident pour tout le monde mais visiblement non, alors hop, article.

Pour augmenter la taille du disque d'une VM, si tant est qu'il en reste dans le data-store, il suffit d'aller dans le paramétrage de la VM, sélectionner le périphérique du disque et d'indiquer une plus grande taille dans le champ approprié.

Ce n'est pas la peine d'éteindre la VM pour faire cette manipulation.

Ensuite, dans la VM elle-même, sur un Windows, clic-droit + gérer sur le poste de travail afin d'aller dans le gestionnaire de disques (il y a plein d'autres moyen d'y aller, l'idée c'est d'aller dans ce gestionnaire).

Si la nouvelle taille de disque ne semble pas encore prises en compte dans ce gestionnaire, cliquer sur le bouton de rafraîchissement, une partie non alloué va apparaître.

Cliquer sur la partition précédent l'espace libre et faire Clic-droit + "Étendre le volume" et finir l'assistant.

Voila, le disque et la partition de la VM ont été étendus.